UA-65453331-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 25 septembre 2013

Ostracisme ordinaire...

Qui aurait pu imaginer un instant que sensibilité environnementale et engagement citoyen puissent faire l’objet de suspicion d’action politique ?

Notre association « Les Gardiens de Thau ses Ports et sa Lagune» vient d’en avoir un merveilleux exemple.


Mobilisés depuis notre création dans des actions de sensibilisation au respect de l’environnement à destination du public mais aussi à destination de ceux censés faire respecter les lois, nous venons d’apprendre que notre candidature à la participation d’Escale à Sète pour « escale bleue » vient d’être refusée hier, après avoir été acceptée par les instances organisatrices, sous prétexte d’engagement politique !!

Dans notre association les membres qui la composent sont des hommes libres et responsables et leur engagement pour l’environnement n’est en rien entaché par leur sensibilité politique différente. Seul le combat contre les incivilités et pour l’amélioration de notre environnement compte. Chaque personne qui s’est engagée à nos côtés le sait.

Nous faire un procès d’intention est donc parfaitement injuste mais également injustifié.

Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage a dit Molière, mais le chien parfois a son mot à dire.

A quelle pression les organisateurs répondent-ils en refusant une participation bénévole pour une manifestation réputée difficile à maitriser dans un espace fragile comme le sont notre port et nos quais sinon faire preuve de sectarisme.

Y a-t-il une manière de gauche ou de droite de ramasser des détritus et de sensibiliser les gens à leur environnement et à la responsabilité qu’ils ont ?

N’étant pas nés de la dernière pluie nous pouvons aisément imaginer que des pressions proviennent d’une autorité qui, elle, est particulièrement soucieuse de faire de la politique.

Mais fi de tout cela. Notre engagement reste et restera toujours le même en dépit des petites embûches que nous trouverons sur notre chemin.

Ce que nous souhaitons c’est une politique réfléchie, et à long terme, en collaboration avec l’ensemble des acteurs de notre territoire.

C’est à ce prix et avec les bonnes volontés de tous, que notre objectif pourra être atteint : « Construire ensemble un territoire dont tous nous pourrons être fiers ».

 

Commentaires

Bonjour, vous parlez d'ostracisme mais vous omettez de dire lequel.
Quand je vous lis, je ne vois pas à quoi vous faites allusion. Si c'est un article de presse ou autre, merci de le joindre.
Moi, je suis les affaires de Sète depuis l'Océanie et donc n'ai pas tous les éléments de votre courroux.

Écrit par : Le Glaude | mercredi, 25 septembre 2013

Il me semble que l'article est assez clair. Relisez le donc à tête reposée. Mais au cas où, je précise : Nous avons été écartés de la participation aux journées Escale à Sète pour lesquelles nous avions pourtant été acceptés en tant que responsables de la partie environnementale (réception des bateaux avec lecture des consignes, tournée régulière pour récupération des divers déchets des équipages, renseignements sur les passages du bateau de récupérations des eaux noires et grises, etc..). bref des actions orientées totalement sur la préservation du milieu.
Le terme ostracisme a été choisi car sa définition est la plus proche (Exclusion d'un groupe) pour qualifier cet acte. Il n'y a pas de type d'ostracisme comme vous semblez le dire, on est soit accepté soit exclu. C'est dans ce sens qu'est notre article même si, à l'image de ce qui était pratiqué dans la Grèce antique, il n'y a pas eu écriture d'un ostracon portée à la vue de tout le monde.
cordialement.

Écrit par : Les gardiens de thau | jeudi, 26 septembre 2013

Madame,
mes amis et moi nous vous félicitons d'avoir voulu vous impliquer dans Escale à Sète. Il est malheureux, connaissant votre rigueur et votre intégrité de l'action que vous menez dans la protection de l'environnement, que les instances qui mènent Escale à Sète, puissent vous traiter de cette manière. Ils veulent des Sètois qui œuvrent dans "l'ombre" (comme dit dans l'article que j'ai lu ce matin) !! Bravo à votre association mais je me permets de vous informer que la marraine d’Escale à Sète est une élue du conseil municipal actuel et bien impliquée politiquement ? Manifestement, l'association Escale à Sète à deux discours.
Tous mes respects chères Madame. Sachez que nous sommes avec vous et seront prêts à vous aider si vous en aviez besoin contre toutes ces pressions politiques qui utilisent bon nombre de citoyens afin de mener leur campagne.

Écrit par : Maxime | dimanche, 29 septembre 2013

Membre de l’association « Les Gardiens de Thau, ses Ports et sa Lagune », je suis scandalisée, le mot est faible, de lire la raison invoquée et parue dans le midi libre du 29.09.2013 « les petits carnets du Poufre sétois »
Après avoir été contacté par Escale à Sète, dans le cadre de la signature environnementale du rassemblement « d’escale Bleue », notre candidature après avoir été acceptée, serait refusée, puis comme je lis dans l’article de ce matin « mais pas son association ?! » Seulement notre présidente serait donc écarté parce qu’elle fait partie d’un groupe de réflexion mis en place par Jean-Baptiste Giordano !
Il me semble utile de rappeler que comme de nombreuses associations, notre association comporte des membres de toutes sensibilités politiques ou non. Catherine Chauzit est une personne intègre, depuis des années nous sommes mobilisés avec elle pour une seule et unique cause « l’environnement ».
En particulier dans des actions de sensibilisation du public, mais aussi et surtout, des institutions censées faire respecter les lois et les aider à apporter des solutions aux problèmes récurrents de pollution sur notre territoire.
Je déplore cette manœuvre politique dirigée vers notre présidente, manœuvre que je qualifie de « ségrégation » dirigée et instrumentalisée par la municipalité à des buts électoraux.
Je déplore aussi le manque de discernement des responsables de « Escale à Sète ». Et j’espère qu’ils reviendront sur cette discrimination porté à l’encontre de la présidente de l’association « Les Gardiens de Thau, ses Ports et sa Lagune ».

Christiane Dubau

Écrit par : dubau christiane | dimanche, 29 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.