UA-65453331-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 06 janvier 2013

"Tranquillité" des navires à Sète pour polluer !

Notre association demande des comptes et le suivi de cette affaire à toutes les autorités qui sont directement impliquées dans la protection de l'environnement marin du port de Sète

Grâce à la vigilance de citoyens soucieux de leur environnement, un bateau a été démasqué dans son acte de rejet … au nez et aux yeux de tout le monde...!! Faut il que ces commandants de navires de commerces soient tranquilles de toute impunité à Sète pour se permettre de rejeter dans le port même ! C'est une honte! Comment peut-on laisser partir un navire sans rien faire ? La capitainerie est pourtant aux premières loges. ....!!!

Mais Pourquoi ce rejet ? Est-ce un rejet d’eau usée ou plus grave et incroyable d’eau hydrocarburée… ?  Le bateau a-t-il été informé et verbalisé ? Et par qui ? Qu’a-t-on fait pour contrôler et éradiquer la nappe polluante ? Le port étant rentré dans une certification, qu’ont-ils mis en place dans ce cas là pour agir en toute efficacité ? Le port a-t-il prévu rapidement une formation des équipes d’entretien du port afin d’agir au plus vite ?

Si par malheur, ce sont des rejets d’hydrocarbures, qu’a-t-il été fait en rapidité et en matériel ? Qui a été prévenu pour agir ? Au derniere information que j’ai pu obtenir par des recherches personnelles, il n’y a pas sur Sète de matériel qui puisse être adapté à ce genre de pollutions d’hydrocarbures….le port s’est il muni depuis de ce matériel ?

On accuse les plaisanciers de polluer par leurs eaux sales mais là, devant tout le monde, nous avons la preuve que le port de commerce est le plus grand pollueur et pourquoi ? N’y a-t-il pas des surveillances draconiennes ? Y a-t-il des moyens afin d’éviter ces rejets de gros cargos.

 Nous avons proposé aux autorités, lors de nos réunions, des moyens efficaces pour y remédier, vont-ils finir par comprendre qu’il leur sera nécessaire et obligatoire d’avoir une structure  efficace pour agir en amont afin d’éviter toutes ces pollutions que nous en avons marre de voir régulièrement sur le port.

Grand regret de ne pas avoir mis en place la «brigade marine » proposée aux autorités lors de nos réunions et que personne ne veut prendre en charge ...!!!!!! Son travail aurait pu permettre d'éviter ce genre d'acte criminel....oui criminel ce mot n'est pas trop fort pour toute la faune marine .....

Notre association se propose de faire l’intermédiaire, c’est notre travail de citoyens, pour prévenir l’autorité directement concernée pour un acte illégal  survenu dans le port ou la ville.

Mauvais début d’année 2013……les vœux sont déjà salis… !!!



 Article de midi libre : dimanche 6 janvier 2013

Flagrant délit de dégazage sauvage : la photo qui fait mal dans le port de Sète...

pollution sete.jpg

Un cargo a été pris en flagrant délit jeudi 3 janvier dans le port de Sète. 

Cette Sétoise, qui réside sur Saint-Clair, du côté du Sémaphore, n’en a pas cru ses yeux. Jeudi, alors qu’elle goûtait, depuis son appartement, le magnifique panorama sur le port, ses bateaux, la mer, elle a, d’un coup, déchanté. Quand, alors qu’il venait à peine de passer le môle, un navire de commerce (probablement un “roulier”) a tout bonnement lâché un liquide forcément nauséabond (probablement des eaux usées), créant une nappe d’environ 500 m2 à l’entrée du port.

Un dégazage alors que le cargo est dans le port

Pas très malin de faire ça sous les “yeux” du Sémaphore et alors que le cargo était encore assisté de la pilotine du port de Sète, le mastodonte a ensuite mis le cap sur le large. Sans être inquiété ? Un dégazage qui, on l’imagine, est noyé dans une longue liste de faits du même genre, mais qui sont rarement surpris en flagrant délit. Reste à savoir de quelles armes disposent les autorités portuaires, la Ville, les associations, pour sanctionner de tels actes. Car si, dans ce cas, l’impunité règne, il sera bien difficile de reprocher aux plaisanciers traversant l’étang de lâcher, eux, quelques dizaines de litres d’eaux noires dans la lagune. Pour l’anecdote, selon notre témoin, à peine le cargo avait-il dégazé qu’un des bateaux promenade “domiciliés” à Sète traversait la nappe. Offrant de fait aux vacanciers une bien belle image de la Venise languedocienne.

Commentaires

A Brest pour tout flagrant delit de degazage le navire fautif est detourne immobilise en attente du paiement par l armateur d une amende prohibitive. Qu attendent les autorites portuaires setoises pour agir???

Écrit par : alain | dimanche, 06 janvier 2013

hélas vous avez raison, mais à Sète cela se passe autrement, aussi, les actes inciviques et graves continuent...

Écrit par : chauzit | dimanche, 06 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.