UA-65453331-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 19 novembre 2012

Premier Round Gagnant…

Voilà bientôt deux ans que l’Association « Les gardiens de Thau, ses ports sa lagune », continuité du Collectif « STOP à la pollution du port de Sète » a lancé sa pétition (1000 signatures) en faveur d’une prise de conscience de la dégradation de notre cadre de vie et plus particulièrement de celle du Port et des canaux pollués de façon récurrente par des hydrocarbures et macro-déchets issus de l’environnement proche.


Avec l’appui des médias et la légitimité citoyenne acquise grâce à cette pétition, l’association a pu réunir autour d’une table l’ensemble des responsables ou élus des diverses administrations de notre territoire, c'est-à-dire pas moins de 8 organismes.

Notre but était de les faire dialoguer ensemble et non d’être des trublions même si parfois nous avons bien ressentis que nous passions pour l’être.

C’est pour nous un véritable exploit quand on connaît les structures en mille-feuilles de l’administration Française, de l’absence de dialogue qui en découle, sans parler des tensions ou animosités entre certains qui bloquent toute initiative.

Les citoyens de Sète n’ont pas à en payer les conséquences, seul l’intérêt général doit être le moteur de leurs actions. Nous sommes particulièrement vigilants sur cet aspect et il faut bien qu’ils comprennent qu’à travers les élections les citoyens pourront juger leurs actes.

Lors ce ces réunions notre association a proposé plusieurs solutions afin d’éradiquer les sources de pollution, aussi bien sur le plan technique (bateau de nettoyage) que législatif (création d’une brigade marine de surveillance). Certains ont eu une oreille attentive et d’autres se sont immédiatement retranchés devant les coûts supposés de telles opérations sans avoir préalablement engagé une réflexion et une analyse objective.

Notre dernière réunion en juillet  n’a pas atteint son but dans le sens ou chaque organisme présent s’est retranché dans ses prérogatives supposées profitant du flou de la loi. La brigade marine a eu l’air de les épouvanter. L’éradication de l’incivisme leur ferait il peur ?

 A ce jour seul l’établissement public Régional (EPR Port Sud de France) a engagé une démarche qui va dans le sens de l’amélioration de notre cadre de vie même si d’autres, par des actions ponctuelles, montrent qu’elles commencent à prendre conscience du problème. Avec l’embauche d’un ingénieur spécialisé en environnement et en procédures de certification (ISO14001 dans ce cas) l’EPR nous prouve que nous sommes sur la bonne voie et nous nous en réjouissons.

 Bien sûr c’est la première étape, importante certes, mais qui ne sera pas suffisante.

Bien d’autres seront indispensables pour mener à terme ce combat qui est le nôtre et, nous le savons, qui est aussi celui de bien d’autres associations.

Il faut aussi savoir que la loi sur l’eau existe et qu’il faut tout simplement la faire appliquer. Ni plus, ni moins.

Notre environnement mérite l’attention de tous, Ville de Sète, THAU Agglomération et bien sûr citoyens de Sète.

 Notre combat continue, nous savons qu’il sera long et que nous allons rencontrer beaucoup de difficultés liées aux tensions politiques locales, aux comportements historiques laxistes de certains mais aussi aux soucis économiques que peut rencontrer une partie de la population de Sète qui font passer les soucis environnementaux bien après. Nous le savons mais c’est l’effort de chacun qui fera que nous vivrons dans un environnement plus respectueux de notre « maison à tous » la Terre.

Pierre Josse

Les commentaires sont fermés.