UA-65453331-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 19 septembre 2012

Le port, voudrait il se justifier ?

Voici un bel article dans le midi libre du port, après une demande de rendez vous avec Monsieur CHEVALIER,  qui veut montrer sa réelle envie de faire de Sète un port propre....!!! de beaux ecrits et nous nous demandons, cette fois, que toutes ces belles paroles passent par de réelles actions....la faute à l'autre, nous "les gardiens" nous en avons assez d'entendre cet éternel refrain et notre demande maintenant , ce sont des actes.......!

On a compris que la brigade marine ne se ferait pas, mais il ne faut pas compter que sur le civisme de la polulation pour avoir un port propre....cette fois il faut que les autorités mettent réellement la main à la poche...ras le bol de toutes ces belles promesses, les actes doivent les montrer.....!!!!

Par ailleurs, nous remercions le port de nous avoir invité à cette reunion d'information du 6 octobre.....!!! merci midi libre de cette info !!!

DSC06144.JPG

 

 18/09/2012, article midi libre

 

Avec l’arrivée d’une responsable environnement, la poursuite et le lancement de diverses actions, l’EPR Port Sud-de-France veut s’ancrer dans le développement durable.

1 / Les quais

Après le nettoyage des quais du port de pêche et le curage des fonds des canaux réalisés en 2009-2010, le port a précédé à la réorganisation des stationnements le long des canaux et à la remise en ordre de certains quais (Consigne, Saint-Christ, République, Cdt-Samary, terre-plein de la capitainerie, terminal croisières...). La réfection du quai Nord de Cayenne vient de démarrer et d’autres quais (d’Orient, Licciardi notamment) devraient suivre en 2013.

Enfin, la création sur le port de pêche de Sète à Frontignan d’un espace d’1,6 hectare pour le ramendage des filets et le matériel de pêche permettra de libérer les quais du centre-ville (Aspirant-Herber et Marine, en particulier) de la plus grande part du matériel qui y est stocké.

2 / La qualité des eaux

"Le port étant le point de communication entre la mer et la zone écologiquement très sensible de l’étang de Thau, la qualité des eaux est d’une importance majeure", rappelle le président de l’EPR, Marc Chevallier.

D’où le lancement d’un groupe de travail avec les collectivités locales concernées (villes de Sète et Frontignan, Thau agglo, syndicat mixte du bassin de Thau...) ainsi que les associations et professionnels œuvrant pour l’environnement. Un audit va également être effectué avec le concours d’une entreprise spécialisée.

Pour le seul port de plaisance, une déchetterie a été installée au môle Saint-Louis courant mai. Dans les prochaines semaines seront mises en place un système de récupération et de recyclage des effluents de l’aire de carénage de la plaisance, ainsi que des installations de réception des eaux usées (grises et noires) des bateaux.

3 / Appel au civisme

"Nos actions ne seront couronnées de succès qu’avec le concours et la prise de conscience de tous", souligne Marc Chevallier, en lançant "un appel au civisme". Le président ne cache pas son agacement quand survient une pollution : "C’est toujours le port qui est montré du doigt".

Et d’énumérer les “petites pollutions” qui souillent régulièrement les eaux du port : gasoil, mazout, huiles, déchets ou frigos déposés subrepticement sur les quais... La récupération des eaux grises et noires des bateaux de plaisance se heurte à un problème de taille : la plupart ne sont pas équipés de citernes internes. "Ce sera obligatoire dans un an, mais il faudra du temps avant que tous les bateaux en aient une, à part les neufs".

Les opérations de nettoyage et de sensibilisation vont donc se poursuivre (la prochaine aura lieu le 6 octobre), en collaboration avec l’association Voile de Neptune. Un motif de satisfaction toutefois : "nous avons remis de l’ordre dans la plaisance. 1 180 bateaux ont été régularisés. Il en reste une trentaine qui pose souci. Mais si besoin est, nous faisons des procédures de mises en demeure : en général, les propriétaires s’exécutent".

 

 

 

 

 

Commentaires

L'appel au civisme est, s'il était entendu, certainement la solution la plus efficace pour éviter les pollutions. Malheureusement on peut constater journellement que les comportements sont tout autres. Mr Chevallier a en ce sens bien pesé le poids de ces incivilités. Tous les objets coincés au cul-de-boeuf ne viennent pas de la génération spontanée. La négligence et le "je-m'en-foutisme" des Sétois en sont la raison majeure. C'est pourtant si simple de faire un geste pour cette Terre, que nous squattons temporairement, surtout qu'il y a suffisamment de dispositifs sur notre Ville pour y remédier (déchetterie, conteneurs à tri, ramassage d'encombrants gratuit). C'est à désespérer.

Écrit par : Pierre Josse | samedi, 29 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.